Projet

Gluon

Gluon est une organisation qui réalise des projets mêlant arts visuels, technologies et sciences. Depuis sa création, Gluon sensibilise le grand public aux défis mondiaux. De ce fait, les interactions entre chercheurs, artistes, citoyens et étudiants sont indispensables.

Pourriez-vous décrire votre projet introduit via l’appel à projets Science Mundi ?

Durant le Gluon Spring Lab, né d’une collaboration entre Gluon et l’Open BioLab Brussels, les jeunes ont l’occasion de travailler dans un véritable laboratoire pendant une semaine. Ils effectuent des recherches sur les bactéries présentes sur les smartphones, les semelles de chaussures et les mains, mais aussi à l’extérieur dans les parcs, par exemple. Ensuite, ils apprennent à élever les bactéries et à les compter. A l’aide d’un microscope, ils observent ces micro-organismes, leur donnent une couleur et filment leur manière de changer de forme en leur donnant un régime alimentaire différent. A l’aide de bactéries colorées, cultivées dans des récipients faits maison, les jeunes font des dessins et ils tentent d’éclairer une pièce sombre à l’aide de bactéries lumineuses.

Pourquoi le soutien d’Innoviris est-il important pour vous ?

Le soutien de l’Institut est primordial car il finance des projets qui rendent les partenariats possibles : la collaboration entre l’artiste Annemarie Maes et un bio-ingénieur de l’Erasmushogeschool, dans le cadre du Biolab par exemple. Ce type de collaborations transversales reste difficile à financer via d’autres canaux.